mardi 26 décembre 2006

Pourquoi se priver du plaisir des tracés ?



Le tracé perspectif parfaitement classique, avec la précision que permet l'ordinateur, au millième de millimètre près, est un plaisir que je ne me refuse pas, un exercice délectable, pour lequel je suis certain d'atteindre la note de 20/20. Mais oui, pourquoi les logiciels de 3D, que je ne fréquente pas encore, me priveraient-ils de la joie de réussir patiemment un exercice appris tard (en 1995 - à l'âge de 39 ans) mais qui fait écho aux exercices de géométrie proposés en classe de quatrième au Lycée Denis Poisson par un professeur qui s'amusait beaucoup à nous amuser et dont je regrette d'avoir oublié le nom. Je me souviens que sur le terrain de la géométrie j'étais en compétition avec Patrice Guinet.

1 commentaire:

David L. a dit…

Je me souviens très bien pour ma part du nom de l'enseignant qui nous fit découvrir ce genre de tracés qui sans me déplaire me laissaient parfois un peu perplexe. Je pourrais également écrire : je me souviens très bien pour ma part du nom de l'enseignant qui nous fit découvrir ce genre de tracés qui sans me déplaire me laissait parfois un peu perplexe. Enseignant ou tracés ?