mardi 15 avril 2008

En direct de New York

J'aurais bien aime accompagner de photos mon premier message ici mais j'ai laisse mon cable de connexion dans la chambre de House of the Redeemer 95eme rue alors que je suis installe dans la bibliotheque au dixieme etage de Dalton School, 89eme rue. Le ciel est parfaitement bleu ce matin.
Les arbres sont en fleur, l'atmosphere etait printaniere samedi, beucoup plus fraiche dimanche et lundi mais on nous promet une temperature en constante augmentation. Dimanche matin il faisait froid depuis la terrasse de l'Empire State Building mais c'etait parfait. Ensuite nous avons visite la Frick Collection puis nous avons fait le tour de Manhattan en bateau pendant deux heures au depart du niveau de la quarante-deuxieme rue ouest jusqu'au niveau du siege de l'Onu a l'est, et retour. La statue de la Liberte dont nous nous sommes approches ne semble pas grande. A Bryant Park j'ai voulu rendre visite a la statue de Gertrude Stein decrite par Munoz Molina dans Fenetres de Manhattan mais elle n'appuie pas son menton sur sa main, sans doute a-t-il reecrit son souvenir apres coup. Neanmoins son livre est mon guide prefere. La description de Jonathan Safran Foer m'accompagnait egalement a l'Empire State Building, il a raison, les gens n'apparaissent pas comme des fourmis mais comme des gens miniatures. Charyn, lui, decrit quelque part les gens vus de haut comme des vers de terre mais c'est un peu surprenant, il me faudra verifier. A propos de verification, je constate qu'etre VRAIMENT a NEW YORK tient a la fois de la verification et de la surprise (totale) (je suis tellement totalement surpris d'etre a NEW YORK que je me surprends a me le dire tout bas tres frequemment).
Hier la surprise preparee a ete la traversee de l'East River par le tramway aerien avec notre simple carte de metro. Sur Roosevelt Island les arbres en fleur roses ou blanc ont servi de premier plan epatant pour photographier la Skyline de Manhattan deja photographiee du bateau la veille.
On s'eleve dans une nacelle suspendue par des cables qui longent Queensboro Bridge et c'est tres photogenique (pour ne pas dire plus).
Time to have lunch.
See you soon.

4 commentaires:

Claude Lothier a dit…

On comprendra le manque d'accents du fait de l'utilisation d'un clavier americain.

Alan Aubry a dit…

Quelle chance à la fois d'être à New York, mais aussi d'avoir pu prendre le téléphérique !
Nous avons fait le même trajet avec David, en sens inverse (on venait du Queens et de PS1 à pied), mais le téléphérique était fermé…
Je crois que c'est lors de cette balade que David et moi nous nous sommes vraiment rencontrés, on devrait d'ailleurs ériger un monument sur Roosevelt Island !!

Mon souvenir le plus fort est très certainement la découverte de Coney Island, avec l'impression de sortir un peu du buzz de la ville pour mettre un peu plus pied dans le melting pot américain (c'était plein d'immigrés russes). Prendre le métro pour voir la mer, manger un burger en bord de plage, entouré de Russes dans un cadre de fête foraine restée en attente, j'ai adoré !!

Si vous pouvez, faites-y un saut, en espérant que l'ambiance n'a pas changé !

AVRIL à NEW YORK a dit…

Merci Alan, je ne sais pas si nous aurons le temps d'aller a Coney Island, j'aimerais beucoup pourtant. Aujourd'hui nous sommes alles a Ellis Island, c'est tres bien mais j'esperais (sans trop y croire) la meme visite guidee que celle filmee par Perec et Bober.

Ludovic a dit…

Le clavier américain est un calvaire pour les français, les accents le sont pour les américains. Dommage qu'il n'y est pas encore de photos montrant depuis l'Empire State Building que les gens n'apparaissent pas comme des fourmis mais comme des gens miniatures. J'espère néanmoins que Ruth Black se porte bien?
A bientôt